Musique avant lecture

Dimanche poétique particulier , j’aime Baudelaire, et l’un de ses vers fut le sujet d’un concours poétique auquel j’ai répondu, il m’a inspiré et j’ai été obtenu la modeste place n°9 sur 69 textes présentés… Pas si mal vous direz, mais j’ai déjà fait mieux, 1ère avec un vers de Verlaine et 3ème avec un vers de Richard Boringher ceux qui ont mon recueil les trouveront.

Aujourd’hui j’ai voulu vous livrer l’un de ces textes ma préférence allant à Charles Baudelaire voici :

Balade architecturale

J’ai longtemps habité sous de vastes portiques (vers de Baudelaire)

Admirant la dentelle de pierre suspendue

Entre ciel et terre, subjuguée du travail ardu

Des joailliers de l’architecture gothique

Les piliers alignés comme arche d’honneur

M’invitaient à pénétrer au-delà de l’extase

La feuille d’acanthe débordant des vases

Pressait mes pas, jubilant de bonheur

Mon regard fureteur ne se lassait pas

De cet avant qui supposait un chœur

Des plus somptueux, tant de labeur

De sueur, d’échines éreintées à trépas

Comment imaginer la main de l’homme

Créant ces beautés d’un tas de pierres

Miraculées du temps, des guerres

Pour nous léguer cet art comme un Te Deum

A peine pénétrée dans la nef que déjà

L’immensité m’emportait au-delà du réel

La voûte embrassait de sa clé le ciel

Et l’orgue magistral soufflait un alléluia

La légèreté me dépouillait de tout, ivre

D’abandon, je me fondais dans le silence

Auréole de plénitude, la lumière en transe

Illuminait la rosace comme point de mire

Je glissais vers le chœur qui trônait

Tel un diamant dans son écrin de velours

La beauté n’avait plus de nom pour

Décrire ces perles de l’art pleinement honoré

Béate, frappée dans cette extase suprême

Aux délices du regard, mon âme s’envola

Comme l’encens qui se disperse à tout va

Nébuleux parfum envoûtant de plaisir extrême

Depuis je parcours le monde à l’affût

De ces trésors architecturaux d’un autre temps

Merveilles éternelles florissant tel un printemps

Me délectant du talent de l’homme qui fût

© Pascale Finck

Mais jamais je n’égalerai le talent de Charles Baudelaire alors pour votre plaisir suprême voici son texte

La vie antérieure

J'ai longtemps habité sous de vastes portiques

Que les soleils marins teignaient de mille feux,

Et que leurs grands piliers, droits et majestueux,

Rendaient pareils, le soir, aux grottes basaltiques.

Les houles, en roulant les images des cieux,

Mêlaient d'une façon solennelle et mystique

Les tout-puissants accords de leur riche musique

Aux couleurs du couchant reflété par mes yeux.

C'est là que j'ai vécu dans les voluptés calmes,

Au milieu de l'azur, des vagues, des splendeurs

Et des esclaves nus, tout imprégnés d'odeurs,

Qui me rafraîchissaient le front avec des palmes,

Et dont l'unique soin était d'approfondir

Le secret douloureux qui me faisait languir.

Charles Baudelaire

J’aime l’art en général, l’architecture en fait partie, le pourquoi de ma composition qui s’est inspirée de mes balades architecturales… Peut-on imaginer à notre époque le labeur, les heures de patience que représentent toutes ces joyaux que regorgent notre pays et bien d’autres aussi.

D'autres poèmes chez Celsmoon, Alex, Edelwe, Mango, Lepetitmouton, Abeille, Emmyne, Paradoxale, Chrestomanci, Mariel, Laurence, Ankya, Herisson08, Anjelica, Schneeweiss, George, Uhbnji, Fleur, Armande, Restling, Satya, Violette, Zik, Lystig, Amos, Esmeraldae, Bookworm, Emma, Julien, Marie, Yueyin, Soie, Hambre, la plume et la page...

Feuilles d’acanthe

user posted image