35_kg_d_espoir_theatre_fiche_spectacle_une

Adaptation d'un roman d'Anna Galvada - Pièce de théâtre que j'ai eu le plaisir de découvrir...

Un spectacle bien mené, équilibré, et super bien joué...

l'acteur seul sur scène, endosse le rôle du jeune garçon et celui du grand-père...les autres personnages sont concrétisés par une bande son...

un décor coloré, un jeu de lumière parfait, et des passages musicaux permettant de marquer les grands moments du spectacle...le tout rendant la scène vivante, harmonieuse et agréable et moins conventionnelle surtout pour les enfants qui étaient nombreux dans la salle pleine. 

l'acteur est au top du top...

Un spectacle à voir en famille, d'ailleurs le livre d'Anna Gavalda est paru en collection jeunesse.

Beaucoup d'humour, de la moralité, et beaucoup d'enthousiasme, 35 kg d'espoir ce n'est pas rien quand même !

Je peux vous assurer que les enfants ont apprécié cette pièce de théâtre, ils ont ri et applaudi à tout vent.

Pour voir une vidéo, les noms de tous les intervenants RDV sur le site du théâtre c'est par ICI et l'avis d'Anna Gavalda aussi sur cette représentation... 

Mon avis

une histoire à découvrir et à faire découvrir pour nos enfants qui sont fâchés avec l'école, ceux qui préfèrent travailler avec leurs mains plutôt qu'avec leur cervelle et à tous les parents qui s'obstinent à faire faire des longues études à des enfants qui n'ont aucune vocation pour une filière longue débouchant le plus souvent sur du vent... Ecoutez vos enfants, leurs souhaits, leur façon d'être, il n'y a aucune honte à devenir apprenti je ne sais quoi, comme on dit il n'y pas de sot métier mais il n'y a que de sottes gens ...

mieux vaut un enfant éponoui dans l'apprentissage d'un métier manuel, qu'un enfant qui se traîne sur les bancs de l'école sans joie de vivre, qui en souffre et s'étiole d'année en année....

Assurément, un merveilleux message dans ce roman d'anna Gavalda que je n'ai pas lu ...

Ce livre nous rapproche du Chagrin d'école que j'ai lu tantôt de Daniel Pennac, à la seule différence que le cancre est devenu professeur.

Si votre ville a la chance d'accueillir ce spectacle, prenez le temps d'y en mener vos enfants, les petits comme les grands, vous passerez un bon moment, et vous ne le regretterez pas... (Durée une heure)

Sinon vous pouvez toujours lire le roman d'Anna Gavalda du même titre... c'est bien le seul d'elle que je n'ai pas lu, faute que je vais réparer sous peu...   

   

La critique de la rédaction --- lire sur le site Premiere.FR

Grégoire, 13 ans, est un cancre de première classe. Et pour cause ! Après avoir redoublé deux fois, il est un peu perdu dans sa vie, dans son parcours scolaire et surtout au sein de sa famille. Ses parents se disputent à tout bout de champ, le rendant responsable de tous les maux du quotidien. En tant que fils unique, sa place n'est pas facile. Seul son grand-père lui procure une bouffée d'oxygène. Son atelier est son havre de paix, son refuge. Il l'aime bien, son papy Léon, le seul à lui parler franchement et sans détour. Grégoire aime bricoler, dessiner… Il est manuel en somme. Il trouve, dans une brochure, un pensionnat qui lui donne le goût d'avancer. La vie de ce jeune garçon est le parcours d'un enfant ordinaire lassé par l'école. Carl Hallach campe Grégoire, surnommé « Toto », avec un aplomb déroutant. Sa tête de nounours, mi-homme mi-enfant, apporte à son rôle toute sa grandeur. Ce spectacle, adapté du roman d'Anna Gavalda, est une petite merveille. Seul en scène, le comédien joue tour à tour Toto et son grand-père. En voix off, professeurs et parents prennent part au jeu. Notons l'efficacité de la mise en scène d'Alix Crambert, limpide, où les lumières éclairent les différents moments de la vie de l'adolescent. Sur scène, le décor est simple : un bureau, des malles et un gros pouf dans lequel Toto aime câliner son doudou. Dans la salle, le public est unanime, c'est une réussite. Les grands ont déjà lu le texte, les enfants le découvrent et se reconnaissent parfois. Mon voisin de rang, un garçon d'une douzaine d'années, a trouvé son double et lance des regards complices à son papa, en se disant que rien n'est perdu… Comme Toto, lui aussi trouvera sa voie avec le temps !

Caroline Munsch