Je continue ces dimanches poétiques avec Luc Bérimont et son superbe recueil "un feu vivant" , ce recueil doit être rare dans les rayons le plus petit prix en occasion frôle les 100 € , le mien vient de la bibliothèque... je ne me lasse pas de le lire et relire, et j'espère pouvoir croiser d'autres recueils de cet auteur; son style en forme libre donne encore plus de légéreté à ses mots, c'est subtile et très touchant.

Extrait de la quatrième de couverture :"  aimer, écrire, c'est pareil : il s'agit de déchrer un voile. A la condition que l'on aime et que l'on écrive pour se voir, non pour se montrer; a la condition que toute poétique soit peut-être, d'abord, une éthique. Que le poète se sente lié aux hommes par le pacte es mots;

Le poète est le gardien des mots, de leur pureté, de leur empli, de leur puissance. Mot pour mot, mot à mot, le poète est celui qui change le monde et la vie en les nommant; Mage, divin, sorcier ? Certes pas : un homme de pouvoirs qui use de ses pouvoirs en faveur des autres hommes. un étranger fraternel. "


Ecrire pour se voir et non pour se montrer (en gras sur la couverture) je comprends maintenant toute cette difficulté que l'on peut avoir à divulguer ses mots, la poèsie est plus une écriture personnelle qu' une écriture à grand public pour se montrer, la différence vous semble peu palpable mais je pense que toute personne qui écrit de la poésie et d'autres choses en parallèle saura tout à fait à même de le saisir.


Un petit texte sans titre comme tous ceux au sein de ce recueil

Il y a entre "nous" et "toi" ce temps étrange.

Par-delà les monts d'étain noir où l'orage a planté ses lances

Il y a cette épaisse nuit, gorgée de feuillage, d'humide

Et tout un bruissement secret de fers, de peurs, de boucliers.

Je voudrais retrouver l'aurore intacte par-dessous ta tête

Mais je ne sais si la mésange aura passé le dur minuit

Ni si, de son bec entrouvert, tombera le fil du soleil.


Un bon dimanche à tous

***