Sur le zinc : Au café avec les écrivainsCHALLENGE_2_EUROS inscrit au challenge de Cynthia

Lieux de rencontres, de conversation, de jeu, les calés sont fréquentés et goûtés par les écrivains : ouvrez ce livre et venez faire une partie de manille avec Eugène Dabit, partager un crème et une brioche avec J. P. Donleavy, rêver d'un œuf dur avec Jacques Prévert et lire le journal avec Patrick Modiano, ou encore explorer les bistrots de Montmartre avec Léon-Paul Fargue... De Rimbaud à Queneau, en passant par Zola et Blondin, accoudez-vous au comptoir avec les plus grands écrivains.

***

Qui n’a jamais été dans un bar, et qui n’a jamais été emporté par cette ambiance si particulière et toute particulière selon “le café” ces cafés qui sont un peu la photographie d’une société; lire ce petit recueil collectif on ne peut qu’ approuver, sourire et humer cette odeur de café fumant et crémeux. 

Robert DOISNEAU (1912-1994)
Café noir et blanc, " Chez Gégène " avenue du général Galliéni, Joinville-le-Pont, 1948

J’ai tout particulièrement aimé le texte de Bartelt Franz ! Le bar des habitudes : tout simplement parce qu’il relate l’histoire d’un café qui était notre troquet durant nos années lycée : le café des Marronniers… que de souvenirs, un café tout petit, chaleureux et il avait cette particularité d’avoir un mini jukebox fixé au mur à côté de  chaque table, il faudrait que j’y retourne pour vérifier si le temps a eu raison de ces petites boîtes à musique. Pourquoi ce nom : le café des marronniers, je pense je n’affirme pas, mais tout naturellement il y avait de gros marronniers plantés tout le long du trottoir qui eux étaient généreux ce qui permettait à ces arbres de s’épanouir en large feuillage ombrageant les terrasse à l’été… prevert-au-cafe.1176281193.jpgprevert-quai-austerlitz-1955.1176281184.jpg

Pour aller au delà, je vous invite à lire un fichier pdf sur la légende du Café, ici

Il est vrai que le café a connu son heure de gloire, pas un village sans café, parfois plusieurs dans un bourg de quelques âmes, endroit incontournable au temps  où la TV n’avait pas gangréné les esprits… seul endroit convivial , échappatoire de la maison et ses obligations, lieu de confidences et de jeux avec les fameux estaminets, endroit unique de rassemblement des jeunes, je dois dire qu’il y a des cafés sympas qui nous laissaient passer des heures et des heures uniquement en consommant un ptit noir ! Il y a pas que des piliers de comptoir loin de là, même si, malheureusement, beaucoup y trouve leur ivresse sur le zinc.

Le recueil se décompose en trois parties :

1- “les uns fréquentent régulièrement tel café” avec F.Bartelt, JP. Donleavy, D. Mc Modiano

2- “Les autres y vont pour satisfaire leur passion du jeu” avec E.Dabit, LP. Fargue, G. de Nerval, R. Queneau

3- “D’autres viennent simplement pour s’ingurgiter les contenus variés de nombreux verres” avec A.Blondin, J.Prévert, J.Rollin, A.Rimbaud, P.Verlaine, E.Zola

du joli monde qui nous peint cette atmosphère si particulière des troquets; une lecture conviviale, sympa, j’ai beaucoup aimé ce petit recueil que je relirai de temps à autre;

*** je ne mettrais pas d’extraits, je vous laisse découvrir ce recueil savoureux, onctueux mais je vous offre deux bonus  :

un bonus hors livre

Il a mis le café
Dans une tasse
Il a mis du lait
Dans la tasse de café
Il a mis du sucre
Dans le café au lait
Avec la petite cuiller
Il a tourné
Il a bu son café au lait
Et il a reposé la tasse
Sans me parler
Il a allumé
une cigarette
Il a fait des ronds
Avec la fumée
Il a mis les cendres
Dans le cendrier
Sans me parler
Sans me regarder
Il s’est levé
Il a mis
son chapeau sur sa tête
Il a mis
son manteau de pluie
Parce qu’il pleuvait
Et il est parti
Sous la pluie
Sans une parole
Sans me regarder
Et moi j’ai pris
ma tête dans ma main
Et j’ai pleuré.

Jacques Prévert: "Déjeuner du matin".

Bonus éphémère, Extrait_d_un_projet_en_cours de mon cru je le retirerai dans quelques jours alors faites vite pour le lire

Puis je mets cette belle affiche, ce film aurait pu être sublime, il y a eu un loupé fort dommage parce qu’il avait largement matière à nous offrir ces instants d’avant voyez mon billet en cliquant sur l’affiche 

Le Café du pont