Une tentation de lire des BD, histoire de diversifier les habitudes, et puis après quelques conseils de l’Or, entre un ciné et une expo, j’ai fait un saut à l’étage côté bibliothèque au centre culturel de ma ville…

serv bd2

J’ai donc fouiné dans les casiers “BD” adultes, de A à Z, oui ça m’a pris du temps, étant une novice en la matière, comme je le disais à l’OR, mon attirance pour la BD n’est que minime car je trouve que tout ce paquet de BD là sous mes yeux est “sombres” tant les couvertures, que les graphismes et donc le coeur du sujet… malgré tout ce n’est que mon impression faussée par cet amas de BD, mais en y regardant de plus près, j’ai découvert des BD pleines d’humour, d’autres aux jolies couvertures, et une que j’ai emporté arrivée à la fin de l’alphabet à la lettre “S” . Mais bien sûr comment n’y ai-je pas pensé plus tôt ! L’auteur, mon voisin, ardennais de l’autre côté de la frontière… SERVAIS ..Ses BD se déclinent en plusieurs thèmes, mais toutes sont magnifiquement illustrées, des graphismes riches et colorés et non pas que des coups de crayon comme beaucoup de jeunes artistes. Et puis, sans doute, des origines quasi identiques, on respire le même parfum, on ressent cette même ambiance ardennaise sous ses textes…

  La Dernière des salles obscures

J’ai tiré du site “www.airelibre.dupuis.com” cette description de lui : 

Fils d’Ardenne, dont il capte et restitue les senteurs, les lumières et les faux jours, les brouillards paresseux, les printemps tardifs et les hivers languissants, Jean-Claude Servais est aussi le défricheur des âmes blessées. à vol d’oiseau — et il n’est guère difficile de se transformer en oiseau quand on est Ardennais —, il est très proche de Rimbaud qui arpentait les sentiers de Roches à Charleville et dont le regard ébloui par l’ivresse des couleurs automnales se posait sur le monde et les gens à l’entour. Servais ne parle pas beaucoup, et si on le veut mieux connaître, c’est dans le labyrinthe de ses dessins qu’il nous faut chiner. Le fureteur y trouvera pêle-mêle un cœur gros comme ça, un esprit sensible aux modifications provoquées par le temps, un nostalgique de l’innocence enfuie et un indifférent à la société du profit qui génère tant d’emballages perdus. Un sage. Peut-être, un rêveur d’Abyssinie, d’Aden lointains où n’abordent que les bateaux ivres.

***

Voilà ma petit l’or, j’ai trouvé la BD qui me convient, colorée, superbement illustrée, qui traite d’un thème d’actualité “le réchauffement de la planète”

Le titre m’a attirée, j’ai ouvert et sans aller plus loin dans ma réflexion, j’ai emporté, lu aussitôt rentrée, bien installée dans mon jardin où flotte un doux parfum de pivoine et de rose mêlées, les hirondelles faisant la ronde, se chamaillant gaiement…

Alors si vous lisez le résumé du site vous comprendrez que cette BD ne pouvez que me plaire :

Sous les frondaisons de son jardin modèle, un vieil homme cultive l’art de vivre au rythme des saisons. Avec sa barbe argentée, son chapeau de paille et ses mains calleuses, il a tout du misanthrope rural. Un homme sans histoires. Mais l’intrusion d’une jeune étudiante trop curieuse ravive le passé récent du jardinier. Car le bonhomme n’est pas banal. Il s’agit du fameux Arnold Francart, ce grand explorateur dont les expéditions sur la banquise ont fait la une des médias. Mais pourquoi Francart a-t-il abandonné soudainement sa prestigieuse carrière scientifique ? Cette décision est-elle liée à la disparition tragique de son assistant dans le Grand Nord canadien ? Ce sont les réponses à ces questions que la jeune Barbara est venue chercher à l’ombre des arbres en fleurs…(source Dupuis.com)

clip_image002

Allez donc sur le site pour voir la bande annonce et les planches, sur le menu de droite.

***

L’histoire, un retour vers le passé par l’arrivée d’une jeune étudiante qui travaille sur son mémoire, le questionne sur ses expéditions dans le grand Nord. Le vieil homme très malade, cultive son jardin (de superbes images Sourire) il rédige son journal, de jolies pages à admirer, tout un sujet sur le réchauffement de la planète, la protection de espèces en voie de disparition, j’y ai appris de belles astuces pour aider les abeilles à trouver un refuge et autant d’astuces pour aider les oiseaux à faire leur nid. serb bd

Je dois dire, que cette lecture fut instructive et agréable, bien sûr, il y a une intrigue pour panacher le tout…

A la fin du livre, il y a l’origine de cette histoire, et j’ai pu apprendre le parcours d’un explorateur : Alain Hubert. Arctic Arc: Crossing a Lead visitez le site pour en savoir plus (en anglais) avec des vidéos qui elles sont en français.Arctic Arc: an encounter with a polar bear

 

Au moins une BD intelligente et pleine d’ouverture

Et bien merci ma petit l’Or, j’ai déjà trouvé les deux BD que je lirai prochainement, je continue avec cet auteur par les deux titres suivants :

 

Déesse blanche, déesse noireDéesse blanche, déesse noire

Ne sont-elles pas magnifiques !! Déesse blanche, déesse noire

Choisies dès leur naissance par le peuple féérique, Maud et Vanessa ont grandi, la première sous l’influence bienveillante du lutin Anicet, la seconde dans l’ombre maléfique du troll Malicious

Toutes les photos sauf les scannées du livre, provient du site Dupuis vous pouvez cliquez sur les images avec lien.

N’oubliez pas non plus le blog et le site de l’auteur

J’inscris cette lecture dans le cadre voisins-voisines, pour la Belgique ma toute proche voisine. voisins1