29 septembre 2010

A l’honneur Marie Laforêt : la fille aux yeux d’or et à la voix sublime !

Cliquez sur les petites photos qui vous mèneront au hasard sur un site, photos, biographie, cinéma, paroles,  etc… Une nouvelle catégorie voit le jour sur ce blog, d’ailleurs d’autres vont disparaître ou changer, la catégorie de liens notamment, des changements qui interviendront à petit pas, n’ayant pas le temps de tout faire d’un coup, ni les capacités.. Nouvelle catégorie : A l’honneur … mettre en avant une artiste, un écrivain, un poète, un blog, un groupe de musique, un peintre , enfin les idées... [Lire la suite]
Posté par saphoo à 17:16 - - Commentaires [6] - Permalien [#]

29 septembre 2010

Un certain regard de Françoise Sagan

J'ai porté ma légende comme une voilette... Ce masque délicieux, un peu primaire, correspondait chez moi à des goûts évidents : la vitesse, la mer, minuit, tout ce qui est éclatant, tout ce qui est noir, tout ce qui perd, et donc permet de se trouver. Car on ne m’ôtera jamais de l’idée que c’est uniquement en se colletant avec les extrêmes de soi-même, avec ses contradictions, ses goûts, ses dégoûts, ses fureurs, que l’on peut comprendre un tout petit peu, oh, je dis bien un tout petit peu, ce que c’est que la vie. En tout... [Lire la suite]
Posté par saphoo à 15:37 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
29 septembre 2010

Vers l’aube de Dominic Cooper

Murdo Munro travaille dans les forêts de son île natale sur la côte ouest de l'Écosse. Il s'est depuis longtemps résigné à sa solitude et à l'hostilité froide de sa femme, lorsque, le jour du mariage de sa fille, devant la perspective du face-à-face conjugal qui l'attend, il décide de brûler sa maison et de disparaître. Munro marche dans cette forêt qu'il aime, monte dans un bateau et va rejoindre la ferme de sa sœur. Après des semaines vécues dans la crainte d'être rattrapé, il décide de faire face à ses responsabilités.... [Lire la suite]
Posté par saphoo à 07:26 - - Commentaires [11] - Permalien [#]
28 septembre 2010

Si par hasard de Jean-Baptiste Destremau

Le Mot de l'éditeur : Si par hasard Claire a 16 ans. Lorsque qu’elle chahute avec son petit frère Maxime, ils ont l’habitude de tirer aux dés celui des deux qui se dénoncera et subira la foudre parentale. C’est ce qui se produit cet été-là, alors qu’ils sont en vacances dans l’Ouest américain ; les dés désignent Claire, elle devra rester dans la voiture, privée de la grande excursion journalière . . . et échappera au dramatique accident dans lequel périront ses parents et son frère. Convaincue qu’elle aurait pu sauver les... [Lire la suite]
Posté par saphoo à 06:51 - - Commentaires [12] - Permalien [#]
27 septembre 2010

Signoret, une vie

Quatrième de couverture Vingt cinq ans après sa disparition, Simone Signoret reste irremplacée et irremplaçable. Emmanuelle Guilcher n'a cessé de l’ admirer dés son adolescence : « J’avais treize ans et toute l’audace des jeunes filles timides persuadées que le monde leur appartient si elles désirent lui appartenir. Simone Signoret me fascinait. J’ai décidé de lui écrire  comme à quelqu’un qui m’était familier. Simone a répondu… » Par la suite, Emmanuelle Guilcher a nourri sa passion pour cette femme,... [Lire la suite]
Posté par saphoo à 07:09 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
26 septembre 2010

Sur un trapèze et La nuit je mens- Alain Bashung

Comme souvent, l’association musique-poésie l’emporte chez moi, et parce qu’Alain Bashung commence à manquer, j’avais envie de le mettre à l’honneur sur ce blog comme une envie à vous partager, ce vague à l’âme … Deux titres au choix Sur un trapèze -Alain Bashung On dirait qu'on sait lire sur les lèvres Et que l'on tient tous les deux sur un trapèze On dirait que, sans les poings, on est toujours aussi balèzes Et que les fenêtres nous apaisent On dirait que l'on soufflerait sur les braises On dirait que les pirates... [Lire la suite]
Posté par saphoo à 21:35 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

26 septembre 2010

Dimanche poétique avec Henri Michaux

Je vis un arbre dans un oiseau Celui-ci le réfléchissait tout entier et une brise infiniment légère en assouplissait seulement l’extrême bord des feuilles. L’oiseau était immobile et grave. C’était un matin clair, sans soleil, un matin qui ne dévoile rien encore de la journée à venir, ou très peu.  Moi aussi, j’étais calme.  L’oiseau et moi, nous nous entendions, mais à distance, comme il convient à des êtres d’espèce animale, ayant eu, sans retour possible, une évolution parfaitement divergente. Henri... [Lire la suite]
Posté par saphoo à 08:48 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
23 septembre 2010

Les dames de nage de Bernard Giraudeau

prix des Sables-d'Olonne 2007 Pas de quatrième de couverture pour ce livre, mais un extrait d’une chronique dont je vous invite  à lire  ici ou l’intégral sur le site là-bas « Les Dames de nage », c'est la chronique vagabonde d'une existence où les femmes ressemblent à des continents, et les pays lointains, à des corps de femmes parfumés aux essences florales. C'est le livre rond d'un homme maigre. Un chant du départ qui sent le vieux chanvre et le calfat des navires. C'est ce qu'on s'écrit pour se donner de la... [Lire la suite]
Posté par saphoo à 07:40 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
22 septembre 2010

Le café du pont

De superbes images, voilà ce que j’aurai retenu de ce film, une déception, et c’est navrant, car il y avait tous les ingrédients rassemblés pour faire un joli film. On n’a plus à démontrer le talent de Bernard Campan que j’admire notamment dans le superbe film : Se souvenir des belles choses. J’ai eu la nette impression que même lui s’ennuyer à mourir dans ce scénario, des vides, pas de réelle transition entre les événements, le quotidien s’écoule sous format haché, genre, on ouvre l’album photos et hop on pose le doigt sur tel... [Lire la suite]
Posté par saphoo à 08:16 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
19 septembre 2010

Dimanche poétique avec “ Les dames de nage” de Bernard Giraudeau

Je partais pour de minces sujets, des commandes qui avaient le mérite d’ emmener vers l’ailleurs sans m’éloigner trop longtemps de mon âme. Il y eut des rivages éblouis, des nuits blanches, des neiges éclaboussées, des mots solaires écrits sur les orages. Il y eut le désir réinventé, des soubresauts. Je l’ai vue se renverser pour boire la lumière avant de m’embrasser. Il y eut des vallées claires et des chemins de brume.. J’ai dormi en lui tenant la main sous des voiles lactées… Je me souviens des nappes de ciel sur nos tables... [Lire la suite]
Posté par saphoo à 08:28 - - Commentaires [6] - Permalien [#]