Arthur Rimbaud n’est plus à présenter, son nom résonne en chacun de nous, qu’on l’apprécie ou pas, personne ne peut nier sa popularité malheureusement : Post Mortem, premier volet de cette BD collective.

 


 

Tête de faune : Serge Prud’homme & Eric Boisset

 

Dommage que les couleurs sombres choisies pour les pages de récits rendent la lecture difficile et peu agréable parfois même franchement très difficile !!  Le début nous emporte vers un lieu que je connais que trop bien puisque je demeure à un battement d’ailes de Roche, bien que le dessin ne ressemble guère à ce village d’aujourd’hui ni même d’antan, bon passons ce détail sans importance ! Les deux auteurs de ce premier volet, nous dévoile d’emblée ce jeune effronté qui défie déjà sa mère irascible et autoritaire ! “Changer la vie”, il avait dit.Il n’a pas vraiment réussi  à changer la sienne, mais l’idée était là. 

D’emblée les deux auteurs posent le ton, et remettent les pendules à l’heure, il est bien temps, de faire des courbettes à un défunt poète !

Une vie de misère et d’incompréhension : l’Aventure brûlante de l’art. Une œuvre totalement ignorée de son vivant. Les oeuvres de Rimbaud sont, aujourd’hui, traduites en plus de langues que la bible. “Le plus grand poète français “ Les éditeurs qui l’avaient viré peuvent maintenant faire des choux gras..Merci pour lui, Msieur’ Dames ! Personne n’a surpassé Rimbaud en audace et en imagination. En dehors des modes, des conventions, à travers ses zones d’ombres et de lumières, Rimbaud fascine. L’homme aux semelles de vent, Voleur de feu, Aventurier de l’âme et du voyage il influence encore, dérange et interroge. Salut Arthur !

rimbaud planche 1

 


 

Voyages vers l’ailleurs de François Migeat & Tiburce Oger

 

Deuxième volet nous quittons les Ardennes pour un zéro de conduite, c’est Arthur qui défie les bonnes convenances de cette époque ! C’est le début d’une longue épopée de bohème à travers la France, et les pays étrangers pour finir en Afrique.

“Rimbaud scandalise les banquets littéraires. Les artistes parisiens faussement bohèmes … Il leur crache au visage. “Paris n’est plus qu’un estomac”

[…] Pourtant on le considère déjà comme un génie. On raconte qu’il e envoyé un poème manuscrit au grand Hugo. “vous atteignez les sommets je vous aime”. aurait écrit le Patriarche national…”voyagez, vous m’oublierez” lui a répondu Arthur. C’est lui qui va voyager sans cesse, pendant 18 ans, pour oublier les autres.

début d’une longue série sans fin : voyages vers l’ailleurs, un peu ailleurs je dois bien le dire, par les dessins et par le récit quelque peu étrange, Arthur sur son bateau ivre, un côté chimérique… bizarre en somme mais de très jolis dessins une présentation originale

rimbaud planche 2

 


 

 

Abdo Rimbo de Sabri Kasbi

 

Autre style, autre Arthur, celui qui n’est plus, celui qui oublie, celui qui gangrène par l’argent facile. Sous un trait d’un adulte, sûr de lui, il défie une vieille dame qui lit en lui :” Tu parles aussi bien qu’un Wodad Abdo, hihihi !! mais tu as l’air aussi triste qu’un estropié !! je ne suis pas ici pour être heureux !! mais qu’est-ce que tu me veux vieille folle ?!?

 

Ici, il vend des casseroles ! Que sait-on réellement de cette période africaine, nous devinerons par les autres scénarios …

rimbaud planche 3

 

 


 

Traces de sable de F.Migeat et C.Chabouté

 

Chabouté ici, tiens c’est une belle surprise, non !

Poursuite de l’aventure africaine, des mésaventures, une autre vision d’Arthur par ces deux auteurs.

 

 rimbaud planche 4

 

Abdo rimbo est poursuivi pour cette fameuse ceinture remplie d’or (soi-disant !) des légendes, des histoires qui n’ont jamais été vérifiées, il reste une photo d’Arthur, une autre récemment dévoilée “Ils y ont vu ce que personne ne doit voir, Abdo voulait fixer l’invisible. Il a réussi ! L’invisible maudit !

le scénario s’achève sur une note étoilée : “le 21 janvier 1988, l’astronome E west découvrira la petite planète 4635 baptisée Planète Rimbaud, en souvenir du poète qui avait écrit : J’ai tendu des cordes de clocher à clocher, des guirlandes de fenêtre à fenêtre, des chaînes d’or d’étoile à étoile, et je danse .


 

 

Le livre de sable de Luc Brahy & Frank Giroud

 

 

Ce scénario, est souvent venu avant cette lecture, effleuré mon sentiment : qu’en afrique quelque part, des traces d’écrits résident, jamais retrouvés ces fameux poèmes, jamais éclaircis ces grands espaces vides sans un mot retrouvé ! Je me suis toujours interrogée sur ce néant, et j’ai toujours la sensation qu’un jour, on retrouvera un manuscrit oublié, caché, enfoui… un jour sans doute tout comme cette photo retrouvée en avril 2010 .

Cliquez sur la photo

Sur le perron de l'hôtel de l'Univers à Aden en Abyssinie, Rimbaud est assis à droite, près de la femme (photo de groupe). À gauche, le portrait tiré d'un agrandissement.

Je n’ai pas adhéré aux graphismes de ce dernier volet, des couleur criardes, des dessins trop masculins, trop trop qui divergent avec les autres scénarios malgré tout cette planche présentée ci-dessous n’est pas représentative de mes impressions mais ne pouvant pas mettre toutes les planches, j’ai choisi justement celle-ci, c’est celle qui me plait le mieux. Le livre se termine sur cette note de fausse espérance : “ tes semelles étaient de vent, et tes mots doivent le rester”

Qui saura un jour mettre la main sur ces mots envolés au vent ?

Cette question restera en suspend encore longtemps …

rimbaud planche 6

Un dernier récit en fin de livre mais comme je l’ai évoqué au début de cet article, difficilement lisible, une couleur marron très foncée et des caractères noirs, je ne comprends pas ce choix, il faut vraiment aimer Rimbaud pour s’arracher les yeux à cette lecture, quel gâchis ! Car les minis récits qui sillonnent cette Bd sont dans les tons acerbes envers ceux qui ont jeté la pierre à ce poète universel et intemporel ! J’aurais aimé vous faire partager ces tranches à vif à l’image d’Arthur ce doux rêveur, ce révolté, cette âme vagabonde, ce poète de tous les temps …

Une Bd qui a le mérite de présenter Rimbaud en Afrique et non la séquence Verlaine-Rimbaud, vue et revue … Peut-être à faire lire aux lycéens, ces ados toujours sur la défensive, toujours ailleurs et jamais ici, sans doute et malgré l’espace temps, se retrouveront-ils en cet  auteur ? ! ? 

 


 

Pour découvrir les lecteurs de cliquez